• Réduire la taille de la police
  • Agrandir la taille de la police
  • Recommandez cet article
  • Imprimer l'article

Tribunal

SUR LE VIF

jeudi 27.06.2013, 08:00

BLENDECQUES
Prion avec sursis
pour violence sur conjointe

L'aide sociale à l'enfance fait un signalement aux autorités.

Un enfant de 8 ans qu'elle suit leur avait déclaré : « J'ai vu papa casser la porte du couloir avec la tête de maman. » Christophe Noury est poursuivi pour deux faits de violence en mars et en mai 2013. Il aurait, à plusieurs reprises, tapé son épouse. « Quand je rentrais du travail et que je la voyais affalée dans l'escalier, complètement ivre, je perdais mon sang froid », déclare l'ouvrier d'Arc international. Me Fusillier, son avocat, plaide des torts partagés : « Ce n'est pas une brute d'un côté et une pauvre victime de l'autre. Mon client n'a pas eu une vie rose. Tout le monde était au bout du rouleau dans cette maison. À présent, ils sont séparés. » Le mari est condamné à 6 mois avec sursis simple. Il devra rembourser la CPAM de 216,86 euros et versera à son ex 800 euros pour son préjudice.
SAINT-OMER
Vols, violence et arrogance : prison
Corentin Bailleul, 18 ans, accompagné de son petit frère, se rend à Auchan pour voler du whisky et s'enivrer avec les copains. Les frangins dérobent en plus des CD. Repérés à la caméra, ils sont arrêtés. Ils se montrent très arrogants avec les policiers appelés en renfort. C'est à plusieurs qu'ils arrivent à maîtriser et menotter Corentin. Mardi, au tribunal correctionnel, le jeune homme est jugé en son absence pour le vol, rébellion et pour avoir violenté un mineur avec qui le petit frère avait une dispute. Il avait été condamné à plusieurs reprises pour des faits similaires. La juge inflige à Corentin Bailleul 4 mois fermes de prison. Il devra dédommager un des fonctionnaires de police s'étant porté partie civile de 150 euros, la Sécurité sociale de 83,68 euros et sa dernière victime de 140 euros.
BOURG
Violence gratuite en discothèque
Le 5 mai 2013, au Keswest, Florent Lagersie, 22 ans, fortement alcoolisé, est pris d'une envie pressante. Il se rend au petit coin avec des amis. Dans les sanitaires, il tombe sur un type dont le physique ne lui revient pas : « Toi, je t'aime pas », claironne-t-il au gars en face de lui avant de lui assener un bourre-pif. Bilan : fracture des os du nez et opération chirurgicale pour la victime. Lors de ses auditions, et à la barre, la version de M. Lagersie diverge de celle du plaignant : « C'est lui qui a commencé. - Pourtant, vous n'avez pas porté plainte, et vous n'avez même pas la moindre trace de contusion », rétorque Lorène Delsaut, déléguée du procureur qui demande une peine de travail d'intérêt général violence gratuite. Mme Rivalland, présidente de l'audience, décide de condamner le prévenu à 3 mois avec sursis. En outre, il devra dédommager sa victime de 1  500 euros et la Sécurité sociale sera remboursée à hauteur de 162,07 euros : frais occasionnés pour soigner la victime.
FAUQUEMBERGUES
Il renverse un deux-roues :
permis confisqué

Philippe Billerait est titulaire du permis de conduire depuis 31 ans. Il va chercher sa fille au travail, à Fauquembergues, un soir de février. La nuit est tombée depuis longtemps. En tournant vers Thiembronne, il n'aperçoit pas un deux-roues. C'est le choc. Le pilote est grièvement blessé  : fractures du bassin, du poignet, de la jambe. D'ailleurs, ce mardi, jour d'audience, le jeune homme se fait réopérer une énième fois. « Je m'en veux d'avoir blessé votre enfant », s'excuse-t-il aux parents. La maman déplore que M. Billerait n'ait pas pris de nouvelles. L'imprudent est condamné à deux mois avec sursis. Son permis lui est confisqué pendant quatre mois. Une contravention de 75 euros devra être réglée. La victime sera dédommagée à une audience ultérieure.

L'Echo de la Lys



Vos réactions

Pour réagir à cet article :

  • introduisez votre nom d'utilisateur
  • rédigez votre commentaire
  • postez
)